Juil 282009
 
 

Depuis quelques saisons, les collections de Dries Van Noten semblent s’être implifiées pour un laisser-aller de plus en plus convaincant, en accord avec la volonté d’adoucir la brutalité du quotidien. Une décontraction qui gagne en lecture et privilégie des pièces simples, parfaitement coupées. Un style honnête, impactant sans pour autant céder aux sirènes de la presse mode. Cette collection semble être la continuité de la collection Homme et de ses manteaux de teinte Camel ; ici, les vestes et les cabans sont proposés dans d’impeccables draps de laine sèche. Mais l’importance de cette proposition réside dans la palette des couleurs inspirée des tableaux de Francis Bacon, quoique les teintes douces comme le rose crevette, l’ocre, l’orange, le mauve et le vert tilleul pourraient avoir été piqués dans les nuances d’une palette de maquillage. En ces temps de grise mine, le spectre de ces couleurs douces et rassurantes offre l’effet Prozac désiré, pas si éloigné des conseils beauté pour femmes d’antan où un rouge à lèvres peps suffisait à garder le moral face aux restrictions d’après-guerre. Ce déluge de tons doux et vitaminés est souligné d’une garde-robe simple où la rigueur d’une veste de tailleur amplifie la beauté d’une robe en soie rose poudrée. Simple mais terriblement efficace.

 

       
       
Share

Sorry, the comment form is closed at this time.

Get Adobe Flash player